Partir Autrement

28 novembre 2015

El Valle

El Valle est graduellement en train de sortir de l’ombre de sa voisine Bahia Solano, et la Réserve naturelle El Almejal créée par César Isaza y contribue d’une certaine façon, en l’aidant à devenir une destination touristique en soi. Le village compte environ 5000 habitants dont plus de 90% sont des descendants d’esclaves Africains. Les autochtones de la région sont des Emberas. El Valle est né il y a environ 150 ans de l’exode des esclaves fuyant vers la jungle à la recherche d’une coexistence paisible avec les Emberas. Leurs racines africaines ont fait naître dans la région des musiques et des danses uniques au monde.

Avant que le tourisme ne devienne une source de revenus, à partir des années 80, l’économie de la région est passée de la production de tagua, une espèce de palmier dont la noix est surnommée ivoire végétale, à l’extraction de la sève de l’hévéa (latex), puis à la culture massive de fruits tropicaux et du riz, et à la pêche. Le riz est cultivé artisanalement sur les parcelles familiales. Le riz occupe une grande place dans la production agricole des villageois et les scènes du quotidien du village d’El Valle en témoignent. En 2012, la municipalité s’est munie d’un moulin à riz. Aménagé dans un bâtiment de bois, le moulin permet de transformer le riz en farine. Cette dernière est empaquetée sur place.