Partir Autrement

1 août 2015

La danse des masques

La danse des masques est un art traditionnel de la ville Malang, sur l’île de Java, en Indonésie. Elle raconte l’histoire de Panji et Candra Kirana, un couple fiancé qui sera séparé par le conflit divisant les deux royaumes auxquels ils appartiennent. La quête de Panji pour retrouver sa bien-aimée sera remplie d’embûches et d’événements inattendus.

Le topeng (masque en indonésien) est un théâtre à la fois masqué, chanté et dansé. Il s’inspire des Badad (chroniques légendaires des clans et royaumes balinais) ou même du Java pré musulman. Le topeng n’est traditionnellement joué que par des hommes qui prennent différents caractères. Ce théâtre est adapté aux contextes, il peut donc faire office de rituel ou, au contraire, d’un événement purement festif. Chaque représentation est aussi adaptée au public. À travers les archétypes masqués, l’ensemble des ancêtres est invoqué pour légitimer la cérémonie ou appuyer un message moral.

Dans le topeng, les costumes sont les mêmes quelque soit l’histoire, car à travers chaque personnage, c’est un caractère qui s’exprime. Par l’histoire contée, il transmet des enseignements éthiques ou idéologiques. Le topeng est traditionnellement improvisé. Les acteurs choisissent en coulisse une histoire, les valets règlent ensuite les entrées en scène des différents caractères. Les gestes retenus et précis collent parfaitement à la musique du gamelan (orchestre de percussions traditionnel), à ses silences et accélérations.

Le topeng montre l’alternative permanente entre le sacré et le profane, la beauté et la laideur, le raffinement le plus subtil et les caricatures absurdes de la vie quotidienne. Il a le grand avantage d’utiliser un langage avant tout visuel – sur le mode grotesque – facile à comprendre par tout le monde. L’ambiance dans l’assistance est invariablement aux rires et permet d’être, pour un moment, sur la même longueur d’onde que les habitants du pays.

Partenaires officiels de Partir Autrement