Partir Autrement

1 novembre 2015

Poterie marocaine

La ville de Fès est reconnue pour sa poterie. En 814, Idriss II accueillait dans sa ville des immigrés venus de Cordoue. Parmi ces hommes, se trouvaient des artisans expérimentés qui apportèrent avec eux des techniques alors inconnues au Maroc.

Actuellement, le quartier des potiers se situe en dehors de la ville ancienne, sur la route de Sidi Harazem, près des carrières d’argile. On reconnaît la poterie de Fès par le célèbre bleu de cobalt. Une fois cuite pendant 24 heures et lentement refroidie, la poterie est recouverte d’émail blanc stannifère. Avec un fin pinceau, l’artisan va tracer en bleu des rosaces ou des motifs géométriques. La pièce sera à nouveau cuite pour vitrifier les émaux. Pour obtenir ce bleu si particulier, les artisans mélangent plusieurs ingrédients aux proportions gardées secrètes. À ce bleu dominant sur fond blanc peut être ajouté du vert, du brun et du jaune. Les amateurs de cet art savent qu’il ne peut y avoir plus de cinq couleurs sur chaque pièce.

Aujourd’hui, la poterie n’est plus seulement à but utilitaire, les pièces deviennent des œuvres d’art et font la renommée de la ville dans toute l’Afrique du Nord. On dénombre aujourd’hui une cinquantaine d’artisans de la poterie à Fès. Le musée Dar Batha a une impressionnante collection de céramique qui va du XIVe siècle à aujourd’hui.

Partenaires officiels de Partir Autrement