5 décembre 2015

Visite d'un village himba

Au nord-ouest de la Namibie, le Kaokoland est une contrée reculée sur laquelle s’est installée une grande partie de la population Herero. Les Himbas en font partie et forment l’un des peuples les plus emblématiques du continent noir.

En introduisant la religion chrétienne à la fin du 19e siècle, les missionnaires allemands ont semé la division entre les Hereros et les Himbas, eux qui cohabitaient sur le même territoire depuis toujours. Les Hereros christianisés ont vite considéré les Himbas animistes comme inférieurs. Les Himbas ont alors accepté de vivre sur ce territoire dont personne ne voulait.

Le village traditionnel Himba est organisé selon une structure très précise: il est rond et entouré d’une clôture de branchages. Au centre, il y a l’enclos du bétail et les huttes de paille sont réparties tout autour. Près de l’enclos à bétail, on trouve également le feu sacré (okuruwo), la réserve de bois pour le feu sacré et la hutte des séances rituelles (Otjoto). La hutte du chef du village (otjizero), une case de terre plus robuste, est tournée directement vers le feu sacré.

Ce feu sacré est celui par lequel les Himbas communiquent avec leurs ancêtres. Il est le symbole d’une continuité entre le monde des morts et des vivants. Seul le chef de lignée est autorisé à le maintenir allumé. Le feu ne doit jamais s’éteindre, car ce serait un signe de mauvais augure et une offense aux ancêtres. L’emplacement du feu aussi est sacré et tous les feux des cases sont allumés à partir de ce dernier. L’accomplissement de tous les rites dans cet espace assure la protection du groupe.